TOURISME AU BURKINA FASO : TOP DEPART DU 12è SITHO

 

(Ouagadougou, 28 septembre 2017). Le salon international du Tourisme et de l’Hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) a ouvert ses portes ce jeudi 28 septembre 2017 dans l’après-midi, dans la capitale Burkinabè. Pour cette 12è édition, les organisateurs escomptent quelque 50 000 visiteurs.

Alors que les forces du mal s’acharnent à troubler leur quiétude, les Burkinabè ne veulent nullement se laisser plier. Cet après-midi, alors que le pays a été frappé ces derniers jours par des actes terroristes, sur le site du SIAO qui accueille le SITHO, en lieu et place d’une minute de silence, on a applaudi pendant une minute, pout traduire la ferme détermination d’un peuple à rester debout, et à vaincre l’obscurantisme. Et là-dessus, le ministre en charge du tourisme, Tahirou Barry, dans son discours d’ouverture, a annoncé que le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré prendra dans les prochains jours, des mesures fortes pour lutter contre le terrorisme. Des mesures qui seront prises, précisera le ministre, en conseil des ministres.

Le défi sécuritaire se pose au tourisme mondial et particulièrement au tourisme dans la sous-région ouest-africaine. La chaine, depuis l’hôtellerie, jusqu’à la billetterie d’agence de voyage, en passant par les visites des sites touristiques, a connu une baisse drastique ces dernières années. Ce qui pousse les premiers responsables du tourisme au Burkina Faso, à miser sur le tourisme intérieur. D’ailleurs, le thème de cette présente édition est « Tourisme interne, enjeux et défis ». En effet, face à la nouvelle donne sécuritaire, la pratique du tourisme par les populations habitantes est une alternative. Dans ce sens, le secrétaire exécutif du salon, Songré Etienne Sawadogo a tenu à remercier les plus hautes autorités « qui ont accepté que cette édition se tienne, malgré la modestie des ressources du pays et le contexte économique et sécuritaire que le monde vit actuellement ».

Pour le Président du comité d’organisation, Jean-Paul Koudougou, s’il n’est pas une panacée, le tourisme interne « se présente comme la solution sûre et durable » pour une relance réelle et une promotion pérenne du tourisme national.

Cette 12è édition du SITHO a choisi comme pays invité d’honneur, le Niger dont le ministre en charge du tourisme a fait le déplacement de Ouagadougou. Des expositions, mais surtout un colloque international qui mettra l’accent sur un patrimoine national, le « zom-koom », et une valeur symbolique commune aux burkinabè, la notion de « l’intégrité » seront au menu de l’édition 2017, qui va clore ces portes dimanche prochain. Et le ton aura été donné par Tahirou Barry, qui a lancé la pique en affirmant dans son discours d’ouverture, que  « le thème sur le tourisme interne nous interpelle, quand certaines chancelleries s’amusent à nous colorer pour nous étouffer ». Et d’ajouter, pour être complet sur ce tableau, « notre couleur sera celle que nous choisirons, et personne ne magnifiera notre richesse touristique à notre place ». (NDLR : référence aux notions de zone rouge, orange… que les pays occidentaux utilisent pour désigner les risques pays à leurs ressortissants).
R. A. BAMBARA, A. BAGHNYAN, à Ouagadougou, pour l’AmbabfParis.

www.ambaburkina-fr.org

service.presse@ambaburkina-fr.org

www.facbook.com/ambabfparis