Présidentielle de 2020 : Une délégation de la CENI au 159, Boulevard Haussmann

 

 

Dans le cadre de la mise en œuvre du vote des Burkinabè de l’étranger, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a entrepris une tournée à l’étranger depuis le 28 novembre 2018. La délégation conduite par Monsieur Palguim Sambaré, Commissaire à la CENI a rencontré la communauté burkinabè vivant en France le 02 décembre 2019 au sein de l’ambassade.

Cette mission avait pour objectif d’informer les Burkinabè de la diaspora sur les préparatifs de l’élection présidentielle de 2020 et leur fournir toutes les informations sur leur participation au vote.

Après avoir souhaité la bienvenue à la délégation au nom des Burkinabè vivant en France, l’ambassadeur Alain Gustave Francis Ilboudo a invité le chef de la mission à prendre la parole. Celui-ci a d’abord affirmé que la CENI travaille sur la base des textes proposés par le Parlement et promulgués par le chef de l’état.

Monsieur Palguim Sambaré a ensuite fait savoir que selon le code électoral, toute juridiction diplomatique qui enregistre au moins 500 Burkinabè régulièrement immatriculés et reconnus par l’ambassade ou le consulat général dans ce pays est autorisée à organiser le vote de ses compatriotes. Ces derniers peuvent prendre part au referendum et à l’élection présidentielle. Peut voter, tout Burkinabè inscrit sur la liste électorale et qui a 18 ans à la fin de l’enrôlement, muni d’un passeport ordinaire ou une Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) en cours de validité. Le jour du vote, ce dernier doit être présent physiquement car le vote électronique ou par correspondance n’est pas autorisé, de même que le vote par procuration.

L’organisation du vote se fera sous la supervision des démembrements de la CENI à l’étranger que sont la Commission électorale indépendante de l’ambassade (CEIAM) et la Commission électorale du consulat (CEIC) représentées par un membre de la majorité, un membre de l’opposition, un membre des organisations de la société civile et un 4è membre qui est le trésorier de l’ambassade ou le percepteur du consulat général. Une précision de taille : les membres de la CEIAM ou de la CEIC ne peuvent pas être éligibles à un poste politique pendant leur mandat. Cette représentation de la CENI à l’étranger est présidée par le délégué de la société civile tandis que les deux autres membres en sont les rapporteurs. Le trésorier ou le percepteur joue un rôle d’assistant pour ce qui est des questions financières. Ils sont tous placés sous l’autorité du président de la CENI.

Après cette phase d’informations sur le vote des Burkinabè de la diaspora, les membres de la délégation se sont soumis au jeu des questions/réponses. Les questions ont porté essentiellement sur l’établissement du passeport ordinaire ou de la CNIB, le mode d’enrôlement, des inquiétudes sur les lieux de vote (ambassade et consulat) que certains estiment insuffisants, le code électoral, les questions sécuritaires et l’organisation du vote dans certaines zones comme le nord et l’est du pays, et.

Sans tomber dans des débats par moment politiques, Palguim Sambaré et les autres membres de la délégation de la CENI ont apporté autant que faire se peut, des réponses à toutes les interrogations et les préoccupations soulevées par l’assistance. Quant à certaines préoccupations d’ordre politique, Monsieur Sambaré a promis de les transmettre aux autorités qui les apprécieront. Aussi, le chef de la délégation a-t-il rassuré les compatriotes sur la volonté du chef de l’état de faire du vote de Burkinabè de la diaspora, une réalité en 2020 après tant de promesses non tenues de par le passé.

Avant la fin de la rencontre, les Burkinabè vivant en France ont salué cette initiative de la CENI qui selon eux dénote d’une bonne préparation des scrutins auxquels ils pourront participer.

Service de presse de l’ambassade du Burkina à Paris 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 17 =